Lise Lebourgeois ɸ

Ce passage est tiré de l’épisode Colère & Namasté, à retrouver sur le podcast On est pas que des hippies par Laure, professeure de Yoga. Je vous recommande chaleureusement l’écoute de cet épisode d’une dizaine de minutes.

« La colère des femmes, je la vénère. C’est grâce à la colère des femmes que nous pouvons voter depuis 44, que nous pouvons ouvrir un compte en banque depuis 65, …
La colère, elle est transformatrice, elle est révolutionnaire, elle peut changer le monde et rassembler. Elle peut créer des espaces sorore, elle peut émanciper. La colère est une affirmation de soi, qui est loin d’être une évidence surtout chez les femmes. Comme l’écrit Carol Gilligan, les femmes sont socialisés à être gentilles, douces et aimables.
La colère nous permet de nous émanciper, de prendre de la place, de parler fort, de prendre position. La colère est une émotion à entendre comme toutes les émotions. »

Et ces paroles ont raisonnés fort dans mon coeur.


Dans l’univers du Yoga, il semble contradictoire d’évoquer la colère et pourtant elle est pour moi nécessaire. On s’attend toujours à voir un.e prof si zen, pleine de bonnes ondes positives et d’amour à donner. En 2022, j’ai été assez habité par cette émotion, la colère. La colère contre la société patriarcale, la colère contre mon (ex)couple, la colère contre moi même de m’être complètement abandonnée et lâcher la main en cours de route. Et c’est avec elle aussi que j’ai avancé, je la remercie aujourd’hui d’avoir été là.

Je vais le dire avec une grande sincérité, je me suis un peu perdue parfois dans la spiritualité et la philosophie du yoga. La vie, c’est pas toujours des happis vibes, de la bienveillance à outrance ou d’être uniquement dans l’amour, pas pour moi en tout cas. J’en parle déjà dans l’article yoga, spiritualité et déconstruction si cela vous intéresse de creuser le sujet.

Ce dessin ci dessus représente Kali. Kali symbolise la transformation et la destruction, détruire pour reconstruire. Kali est considérée comme une déesse en colère féroce avec la guirlande de crânes, un couteau et un bol dans ses mains.
C’est une déesse qui m’a accompagné dans de nombreuses de mes pratiques cette année. Je ne suis pas hindouisme, ni que quelconque religion mais l’hindouisme et le yoga portent de nombreuses voies communes de par leurs textes sacrés et cela restera toujours pour moi une voie d’inspiration. Dans l’hindouisme, chaque dieu est en faite une part de nous même et cette année j’ai honoré l’énergie de Kali en moi. 

Alors merci Kali, pour l’affranchissement et la guérison que tu m’as offerte, pour ta force aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *